Actions sur le document
Les Trésors du Musée des Beaux-Arts de Liège (BAL)

Les Trésors du Musée des Beaux-Arts de Liège (BAL)

Depuis sa création en 2007, la Commission consultative du Patrimoine culturel mobilier, la CCPCM, a classé comme Trésors cent trente-deux biens en Fédération Wallonie-Bruxelles, sur base d’une première liste de deux mille trois cent soixante-trois biens répertoriés en 2004. Cette liste a servi de base de travail pour sélectionner les biens les plus remarquables grâce à un groupe de dix-sept experts couvrant divers domaines du patrimoine. Pour prétendre à un classement, le bien doit répondre à plusieurs critères dont l’état de conservation, la rareté, le lien avec l’histoire de l’art, l’esthétique, la grande qualité de conception et d’exécution, et être l’expression de l’identité historique ou culturelle d’une communauté. Les biens doivent avoir au minimum cinquante ans, donc être antérieurs à 1965, ce qui restreint le domaine de l’art contemporain.   

Dès lors qu’un bien est classé au terme d’un rapport scientifique développé auprès de la CCPCM, il ne peut plus être transformé ou restauré, ni déplacé, et encore moins exporté vers l’étranger. Ces mesures, qui peuvent s’avérer contraignantes au niveau de la vie d’un musée, visent prioritairement à protéger des biens remarquables de toutes manipulations ou interventions intempestives, maladroites ou inappropriées, ce qui est malheureusement trop souvent le cas pour les trésors d’églises.

Les collections du Musée des Beaux-Arts ont déjà fait l’objet d’une vingtaine de classements, dont plusieurs ensembles, répartis dans les diverses disciplines, peinture, sculpture et dessin. Ces classements concernent tant les collections de l’ancien Musée d’Art moderne et d’Art contemporain, du Cabinet des Estampes et des Dessins que du Musée de l’Art wallon.

Le premier classement initié en mars 2010 concerne  un dessin très abouti de Vincent Van Gogh, La femme au bonnet, daté de 1883, entré dans les collections grâce à la donation Albert de Neuville. La même année, la CCPCM classe deux ensembles majeurs de dessins, soit un total de plus de mille quatre cents œuvres sur papier, respectivement du XVIe et du XIXe siècle. Il s’agit tout d’abord du fonds Gilles François Closson, paysagiste liégeois dans la lignée des peintres néo-classiques tout en restant attaché au courant romantique. Ce fonds de six cent deux œuvres comprend des huiles sur carton, des études sur papier calque, réalisées lors d’un séjour à Rome. Le deuxième fonds, celui de Lambert Lombard, se compose de deux albums distincts, l’album d’Arenberg et l’album de Clérembault, soit plus de huit cents dessins provenant du même atelier, fait rarissime pour la Renaissance.

L’année 2010 voit le classement d’un troisième ensemble : les  neuf tableaux acquis par la Ville de Liège lors de la vente dite « d’art dégénéré » organisée à Lucerne, le 30 juin 1939. Bien qu’il s’agisse d’œuvres remarquables d’artistes tout aussi remarquables, Pablo Picasso, Marc Chagall, Paul Gauguin, James Ensor, Marie Laurencin, Max Liebermann, Jules Pascin et Oscar Kokoschka, le classement en tant qu’ensemble se justifie ici par le lien contextuel qui réunit ces œuvres.

Par la suite, la CCPCM s’est penchée sur des œuvres majeures des collections : Le port du Havre de Claude Monet, le Napoléon Bonaparte de Ingres, La promenade au bois de Boulogne d’Henri Evenepoel, La Forêt de René Magritte, L’Homme de la rue de Paul Delvaux, sans oublier les meilleurs peintres liégeois du XVIIe siècle : Le mariage mystique du Bienheureux Hermann de Jean-Guillaume Carlier, Orphée aux enfers de Gérard de Lairesse et Portraits d’homme et de femme de Gérard Douffet et du XIXe siècle avec Le corset rouge d’Adrien de Witte. La dernière œuvre classée relève du domaine de la sculpture, le buste en marbre de Grétry par le Liégeois Henri-Joseph Rutxhiel.

En octobre 2015, le premier lot de cent trente-deux trésors a fait l’objet d’une publication Protection du Patrimoine culturel – Trésors classés en Fédération Wallonie-Bruxelles. D’autres classements sont prévus en 2016, dont le fonds exceptionnel de planches originales de bande dessinée.

 

Régine Rémon
1ère Conservatrice du Bal

 


Contact : aW5mb0BsYWJvdmVyaWUuY29t