Attention

Retrouvez les mesures en matière de lutte contre le coronavirus en vigueur jusqu'à nouvel ordre sur www.liege.be/coronavirus

Coche verte
Vous êtes ici : Accueil / Les collections / L'oeuvre du mois / Franz Friedrich Boscovits, Fillette assise au bord d'un lac
Actions sur le document
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir

Franz Friedrich Boscovits, Fillette assise au bord d'un lac

Franz Friedrich Boscovits, dit Fritz
(Zurich, 1871 –Kilchberg, 1965)
Fillette assise au bord d’un lac, 1955.
Huile sur carton
48,7 x 37,9 cm
Inv. BA.AMC.05g.2000.21123
Donation de Mme L. Grignet, 2000

 


 


Franz Friedrich Boscovits, dit Fritz, est un peintre, caricaturiste et graphiste suisse, formé à l’Académie des Beaux-Arts de Munich, entre 1890 et 1896. Ses premiers travaux se rapprochent tout naturellement des peintres de l’école de Munich. A l’issue de ses études, il entreprend un voyage à Florence où il parfait sa formation, avant de rentrer à Zurich.

Au tournant du siècle, la cité suisse est en plein essor démographique mais aussi sur le plan intellectuel et académique ; elle reste toutefois relativement conservatrice aux niveaux politique et culturel. La peinture suisse autour de 1900 est marquée par des figures telles que Arnold Böcklin (1827-1901) et Ferdinand Hodler (1853-1918), mais également par de nombreux artistes influencés par les mouvances du Symbolisme et de l’Art nouveau, qui réalisent des œuvres de grande qualité. Fritz Boscovits participe pleinement de cette dynamique. Il se révèle un artiste qui expérimente et fait preuve d’une grande habileté technique. Il est parfaitement au courant des tendances de la peinture et des arts graphiques. Il fréquente de nombreux artistes de l’avant-garde suisse tout en étant très impliqué dans les institutions culturelles à Zurich.

Fritz Boscovits peint des paysages, des scènes de genre et quelque fois des compositions allégoriques, comme pour les fresques de la Clausiusstrasse à Zurich. La nature est un élément prégnant de sa peinture ; les portraits sont plutôt rares. Animaux et créatures mythiques apparaissent régulièrement dans les caricatures qu’il réalise, pendant près de soixante-deux ans, sous l’abréviation de « Bosco », pour la revue Der Nebelspalter. Ses premiers dessins pour l’hebdomadaire satirique datent de 1889, avant même son entrée à l’Académie. Firtz Boscovits peint à l’huile sur toile ou sur carton ; ses tableaux se caractérisent par l’usage de contours forts et parfois de couleurs vives mais généralement, la palette est sobre, souvent mate. La peinture est posée à coups de pinceaux ou de brosses. Au fil du temps, la ligne s’affine et les formes se libèrent des contours. Tant les peintures que les caricatures reflètent le regard bienveillant, et à la fois acéré, d’un homme sensible à l’environnement qui est le sien.

Fillette assise au bord d’un lac (Madeleine), datée de 1955, est une œuvre tardive dans la production de l’artiste. Une jeune fille, assise sur un ponton, trempe ses pieds dans l’eau en regardant son reflet. La scène est baignée de la douce et chaleureuse lumière d’un lac où se reflètent les rayons du soleil. Les montagnes se découpent au loin. Firtz Boscovits a vécu avec sa famille à Zollikon, au bord du lac de Zurich, durant de nombreuses années et plusieurs tableaux ont pour décor les berges de ce lac. Les couleurs pastels dominent et une grande impression de calme se dégage de la scène. Cependant, une légère tension émane du corps de la jeune fille. Elle porte un maillot noir et son reflet foncé à la surface du lac sont autant d’éléments qui viennent quelque peu troubler la sérénité du paysage. Au-delà des apparences, grâce à un subtil traitement du corps et du choix des couleurs, l’artiste rend hommage à sa petite fille, Madeleine, décédée à l’âge de 18 ans.

Fillette assise au bord d’un lac (Madeleine) fait partie d’un ensemble de neuf tableaux du peintre, provenant de la donation de madame Lucienne Grignet au musée des Beaux-Arts de la Ville de Liège. Walter, le fils de Fritz Boscovits, a épousé une belge, Olga Odeur, dont la sœur, Blanche Odeur, est la mère de Madame Grignet. Les peintures étaient en sa possession. L’artiste s’est par ailleurs rendu plusieurs fois en Belgique où sa fille vivait également. Il peindra en ces occasions plusieurs petits paysages de Flandre.


 

Marie Remacle
Chargée de projets pour les Musées de Liège
Historienne de l’art