Le faune mordu, Jef Lambeaux (1903)

FullSizeRender

Quelle histoire se cache derrière cette statue de Jef Lambeaux, installée dans le Parc de la Boverie?

Cette statue du sculpteur anversois Jef Lambeaux s’intitule "Le faune mordu" et met en scène le dieu champêtre romain qui se jette sur une femme aux formes puissantes. Tombée sous le poids de l'assaillant, elle se retourne pour lui mordre l'oreille gauche.

Cette statue en bronze s'est distinguée en 1903 au Salon triennal de Bruxelles et, un an après, à l'Exposition internationale des Beaux-Arts de Düsseldorf et à l'Exposition universelle de Saint-Louis, où elle remporte une médaille. En 1905, "Le faune mordu" agrémente un jardin de l'Exposition universelle de Liège. Si elle reçoit les éloges de la presse artistique (et retient notamment l'attention d'Auguste Rodin), cette oeuvre provoquera les réactions indignées de certains visiteurs et s'attirera les foudres du journal catholique "La gazette de Liège". La statue est retirée et fait les choux gras des journalistes et des caricaturistes. L’affaire est alors amenée devant le Conseil communal de Liège et le conseiller libéral Charles Magnette, soutenu par l'échevin des Beaux-Arts Alfred Micha, préconise l'achat de l'oeuvre pour réparer l'outrage fait au sculpteur anversois. "Le faune mordu" est acquis par la Ville de Liège pour la somme de 15.000 francs et intègre ainsi les collections du Musée des Beaux-Arts de la Cité Ardente. Il faudra ensuite attendre les années 50 pour que la statue soit installée dans la roseraie du parc de la Boverie.